JAZZEFFIQ – épisode 2 / BABAFLEX


10694475_711692752217399_7006429685225065836_o

L a fini par coincé un des membres du Jazzeffiq une sérieuse bande de créateurs en matière de son et de soirées mais pas si sérieux que ça en matière de gestion de temps NDLR …

Le plus visible probablement est BABAFLEX, aka DJ Baba, celui qui enflamme les soirées Back to  Basics Soulissime au Bizz’Art, ces sets au Mama Shelter à Paris, Lyon ou à Toulouse, le Djoon, le Café Charbon, qu’ils organisent lui et sa clique de joyeux ambianceurs ou qu’on fasse appelle à ses services.                                                                                                                                        Après avoir crédité QLM des infos  du collectif, la conversation glisse naturellement vers ses propres choix, attentes, ambitions et sentiments. Celui qui se définit sur sa page comme « le mec qui fait danser les gens » cherche à suivre une éthique artistique. Son rôle ne se contente pas à celui de l’ambianceur, il voudrait que son audience comprenne que bien sûr les oldies sont goodies, que les hits sont imparables mais qu’il a le devoir de nous faire découvrir, de nous ouvrir à des morceaux à côté desquelles nous passons nous qui même passionnés n’en ont pas fait un métier à plein temps. Ses playlists sont d’ailleurs éclectiques même si son amour du Hip-Hop ne fait aucun doute. Celui qui si il devait être une machine serait un player de n’importe quelle sorte mais en mode Shuffle, pour se surprendre et surprendre les autres autant que possible. Mais pour ne pas devenir une vulgaire machine parce qu’il se revendique profondément humain il transmet avec cette conscience de responsabilité. l’ Ultra communiquant du collectif aime la récompense d’une audience idéalement celle qui accepte sa ligne musicale, de sa playlist qu’elle soit pointue, classique ou innovante, sachant bien que la plus grande difficulté c’est aussi son aptitude à s’adapter au ressenti de cette même audience qu’il capte la plupart du temps très très vite, mais ne lui évite pas quelques frustrations malgré tout. Sa récompense s’est qu’on lui demande le titre d’un morceau voir la playlist entière pour les plus courageux, qu’il voit  Shazam éclairée les smartphones et les esprits pour les timides. Bien qu’il aime toutes les soirées dont il fait brûler le toit, deux d’entre elles restent fétiches et référence : une certaine fête de la musique dans le XIX ème et la première UNITY. Il a tout autant besoin des puristes, des danseurs que des novices, du moment que rien ne l’arrête et quand L lui demande des morceaux en écoute systématique, il précise que bien que le systématique ne soit pas sa tasse de café, il citerait quand même : Fall in Love de Slum Village et Got til it’s gone de Janet Jackson . 

Un chouette MONSIEUR des soirées parisiennes que l’on retrouve aussi sur RINSE.fm, Mixcloud, Soundcloud ……..suivez le à partir d’ICI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s