Haïti, Artistes contemporains @ Musée du Montparnasse


Haïti radical et contemporain                                                                                     exposition du 21 décembre 2012 au 13 janvier 2013

Manuel Mathieu & Sébastien Jean   

images-1

Photos via UpRising News

Une expo intéressante qui apportait un peu de visibilité sur l’Art Haïtien autre que les habituels naïfs, Laurenceau, ect … Une ère contemporaine qui n’oublie pas les âmes haïtiennes qu’elles soient encore sur l’île ou exilées.  Manuel Mathieu, dans la couleur et  Sébastien Jean dans les expressions sombres, présentent des oeuvres majestueuses, d’une complexité impressionnante, qui amène à une refléxion de la nature humaine « radikalement » identique d’un lieu à un autre, d’une culture métissée ou pas, d’une démarche autodidacte ou institutionnelle. La scénographie alternant les oeuvres des deux artistes apportaient une facilité de partage encore plus importante.

Juste un petit bémol tout à fait perso, la vidéo du « toubab » vodonou qui dans l’interview explique que le « blanc » apporte quelque chose au rituel parce qu’il réfléchit avec son cerveau et le « noir » avec son corps … Mon sang n’a fait qu’un tour et je n’ai pas compris ce choix , à moins qu’elle fut cynique ce qui auquel cas devrait être stipulé aux visiteurs qui ne comprendrait pas les valeurs « humaines » !

Communiqué de presse                                                                                                       

Le Musée du Montparnasse, dans la continuité de ses échanges avec Haïti déjà mis à l’honneur plusieurs fois, s’est associé au service culturel de l’Ambassade d’Haïti et à la galerie Agwé pour présenter les œuvres de deux artistes haïtiens : Sébastien Jean et Manuel Mathieu, avec une scénographie de Mario Benjamin. Ils sont les témoins d’une évolution nouvelle et passionnante de l’expression artistique haïtienne, ni vodou, ni indigéniste mais absolument moderne et qui brise la circularité des propositions artistiques convenues.

Au-delà de leur origine haïtienne, ils partagent une expression éruptive, imprévisible, une peinture singulière nourrie de l’instant et émancipée de toute imagerie identitaire. A l’heure des interpénétrations culturelles et de la mondialisation de l’art, ils sont résolument contemporains et universels. Et restent pareillement, tant leur naissance est forte, les détenteurs d’une altérité fascinante. Ils jouissent déjà d’une belle reconnaissance internationale, Sébastien Jean ayant exposé, sous l’égide de l’Ambassade d’Haïti en Manuel Mathieu par deux fois au salon Art Basel de Miami et au MAI de Montréal début 2012.

Cette exposition s’inscrit dans le sillage de l’exposition « Haïti Royaume de ce monde » présentée en 2011 à la Fondation Agnès b, à Art Basel Miami et à la Biennale de Venise en 2012. Elle préfigure aussi une autre exposition sur l’histoire de la peinture haïtienne d’hier à aujourd’hui qui verra le jour en 2014 au Grand Palais à Paris dans laquelle Sébastien Jean et Manuel Mathieu figureront en bonne place.

Quelle surprise ces talents originaux qui viennent de cet Haïti hors de ses frontières et qui semblent ne plus en avoir. Loin de tout exotisme, nous découvrons les territoires de pensée de Sébastien Jean et Manuel Mathieu qui forcent notre imagination et qui nous livrent leurs repères d’universalité loin de tout conformisme.

Le Musée du Montparnasse a souhaité consolider ce pont entre nos deux rives grâce à ce compagnonnage régulier avec le service culturel de l’Ambassade d’Haïti et ces rencontres du hasard aujourd’hui nourries par la galerie Agwé. Voilà un temps précieux qui nous fait oublier les violences que la nature a engendré dans ce pays et l’occasion de préfigurer ce rendez-vous au Grand Palais conduit par le Ministère de la Culture pour rendre hommage aux patrimoines d’Haïti en 2014.

Jean DIGNE, président du Musée du Montparnasse

Musée du Montparnasse  21 avenue du Maine 75015 Paris museedumontparnasse@wanadoo.fr

Partenaires

Agwé Galerie , Orlinda Lavergne – Sébastien Morel , agwe.galerie@gmail.com , www.agwe-galerie.com

Service culturel de l’Ambassade d’Haïti  serviceculturel.haiti.fr@gmail.com

Sébastien Jean  

Né le 17 mars 1980 à Thomassin en Haïti. Il vit et travaille en Haïti. Très tôt, encouragé par sa mère dont il dit qu’elle le destinait dès son baptême à être un artiste, il rencontre des créateurs et se forme à leur contact au travail de la céramique et de la peinture sur bois.  Vers l’âge de 17 ans, il pose par hasard son « nan magribe », son crépuscule, sur du bambou sec avec de l’encre de Chine et du blanc à l’huile. Suivront d’autres essais, d’autres créations sur du bambou et des assiettes en céramique qu’il présentera dans une première exposition à Kenscoff en Haïti en 1999 puis dans la galerie Galata de Pétionville.  Sébastien, autodidacte, est fougueux et curieux, il prend des contacts, rencontre des amateurs d’art, se forme à leur contact, et progresse. En 2000, une visite de l’exposition de la plasticienne Barbara Prézeau Stephenson ouvre Sébastien à une nouvelle démarche, esthétique et non plus décorative. Il créera alors ses premiers assemblages d’objets hétéroclites récupérés.

« Ma peinture doit beaucoup à ma pratique artisanale, particulièrement dans le choix des moyens, sciure de bois, marc de café, sable. En 2004, j’ai habillé deux reines de carnaval avec des robes recyclées et au carnaval Soley Levé de 2006, nous avons réalisé de grands oiseaux avec des structures métalliques et du satin. J’ai ouvert la collection Vêvê avec Félicia Dell pour le carnaval des fleurs. »  2006 sera une année marquante ; son atelier est incendié, Sébastien sauve du feu ce qu’il peut, le retravaille – transfigure –  et l’expose au Centre d’art de Jacmel. Puis, soutenu par Mario Benjamin, et sous son commissariat, il expose pour la première fois ses oeuvres peintes à l’Institut Français de Port au Prince. L’exposition est un franc succès, ses toiles où le noir de fumée s’associe aux couleurs interpellent et lui gagnent l’attention et le support de la Galerie Monnin de Pétionville. Il y exposera en août 2010 pour la première fois avec Manuel Mathieu, une rencontre rejouée aujourd’hui. Des perspectives se dégagent, Sébastien vient en France, y découvre musées et galeries et noue des contacts avec le milieu de l’art contemporain.  En novembre 2010 il participe ici au Musée du Montparnasse, à l’exposition « Vibrations Caraïbes » puis, quelques semaines plus tard, répond à l’invitation de la Galerie Egregorede Marmande et y présente toiles et sculptures. Son oeuvre accède alors à la scène internationale.  Il intègre en avril 2011 une exposition collective, « Haïti Royaume de ce monde », en hommage à Jean-Michel Basquiat et Edouard Glissant, présentée à Paris par la fondation Agnès b., puis à la 54ème Biennale de Venise et enfin à Miami. Après une résidence artistique au Vieux Château de Vicq sur Breuilh dans le Limousin, Sébastien expose en Martinique sous le commissariat de Mireille Pérodin Jérôme, puis en duo en Haïti avec le plasticien Guyodo.  2012 le verra en résidence à l’Artocarpe du Moule en Guadeloupe, diriger un workshop créatif à l’Iravm en Martinique puis, début décembre exposé avec Manuel Mathieu au salon d’Art Contemporain Art3f de Mulhouse.

« Mon inspiration principale prend racine dans la culture et la vie sous toutes ses formes en Haïti mêlant cris, félicité, misère et allégresse. Mon travail s’inscrit dans l’art contemporain et universel en intégrant l’univers haïtien : spiritualités, couleurs, matériaux, végétation et le reste du monde. Ma recherche esthétique associe aux couleurs des procédés : noir de fumée, poussières… qui donnent vie. »

Manuel Mathieu 

Né à Port-au-Prince en Haïti le 9 octobre 1986.  Peintre, photographe, vidéaste. Il vit et travaille aujourd’hui à Montréal. Manuel Mathieu grandit en Haïti dans une famille libérale ouverte à l’expression artistique qui encourage dès son plus jeune âge son choix de s’engager dans une carrière artistique.  Adolescent, il s’immerge dans le monde de l’art et découvre toute la liberté qui entoure cet univers. Ses premières oeuvres évoquent alors le travail des artistes du Bad painting, tels Jonathan Borofsky ou Jean-Michel Basquiat. Manuel Mathieu, à cette époque, est très proche du peintre Mario Benjamin, pour lui un guide et un initiateur. « Mario Benjamin, le cousin de mon père, m’a introduit au monde de l’art lorsque j’avais 16 ans. Mon premier contact avec ce monde se fit à travers des artistes occidentaux. Mario m’a donné des livres, des magazines, et nous avons passé des journées à parler des artistes et de l’art, à visiter des galeries. Mon intérêt s’est accru avec la découverte d’artistes comme Joel Peter Witkin, De Kooning Rauschenberg, The Chapman Brothers, Goya, Baselitz et également avec la découverte du  travail de Mario. En côtoyant toute cette liberté, j’ai voulu comme ces artistes consacrer ma vie à créer ce que j’imaginais ou encore à représenter ce qui m’échappe. » Ses études secondaires terminées à Port-au-Prince, il y est diplômé en photographie par la Fondation Mwem, il quitte Haïti pour Montréal. Après des études à l’Ecole des Hautes Etudes Commerciales, il intègre l’École des Arts Visuels et Médiatiques de l’UQAM (Université du Québec à Montréal) et y obtient une licence en art en 2010 après avoir été coordonnateur général de l’Événement Interuniversitaire de création vidéo et président de l’Association des étudiants du module d’arts visuels et médiatiques de l’UQAM.  S’il s’exprime aujourd’hui à l’aide de différents médiums, installation, photo et vidéo, Manuel Mathieu doit avant tout sa reconnaissance internationale à son travail de peintre. Il ne revendique ni spiritualité ni idéologie comme source d’inspiration et cerne très précisément le poids de son héritage haïtien. Pour autant, il se reconnaît nombre d’influences, qui explorent toute la palette des arts visuels. Michal Rovner, Nam June Paik, John Cage, mais aussi Van Gogh, Richter, les écrits de Sol Lewitt, Francis Bacon, Villegle, Cremonini, Rauschenberg et De Kooning.

« Le fait d’être né haïtien et d’avoir grandi dans un environnement culturel réellement singulier en termes de nourriture, danses et musique a certainement eu un impact sur moi mais je ne suis pas encore tout à fait certain de comment mon origine haïtienne nourrit mon travail. La réalité haïtienne est brute, entière et c’est sans doute pourquoi j’ai développé une sensibilité qui me permet d’exprimer une âpreté similaire dans mon travail.»

Manuel Mathieu oppose au minimalisme et au conceptualisme une technique picturale éruptive, radicale et libre, qui nie les règles de la pratique académique. Il puise tant dans son observation du monde que dans une introspection exigeante sa manière singulière, ardente et incisive de peindre. Impulsés par le désir de créer une réalité parallèle intemporelle née de son intime perception, ses traits et ses toiles naissent de gestes parfois contrôlés, parfois laissés à son entière spontanéité.

« J’essaie de donner corps à ce qui est en moi. Le résultat est une réminiscence de quelque chose de monstrueux et laisse le spectateur en prise avec des distorsions et des combinaisons insensées, injustifiées. Je travaille avec des idées, des images existantes qui viennent de magazines, événements courants, de la société, d’internet et du travail d’autres artistes.  En termes de création d’images, je me fie à ma sensibilité, une vue intérieure, intime qui évolue en corrélation avec ma maturité visuelle (…)  Je ne suis pas sûr des raisons qui me font peindre ou créer des images, je suis simplement motivé par ma capacité de me surprendre et par l’envie de créer quelque chose qui justifie ma présence dans ce monde. »

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s